Dre Jocelyne Beaudet Membre de l'O.P.Q.
Clinique de Gestion des Émotions et Douleurs
La lecture active
Méthode d’apprentissage par la lecture active

Sur la base des connaissances neuroscientifiques, nous savons que pour apprendre plus facilement en lisant, il faut transformer la lecture en processus actif.

Voici une méthode pour le faire.

Survol :


Il faut d’abord aborder un texte, chapitre ou une section de moins de 20 pages.

1. Lire le premier et le dernier paragraphe et le résumé s’il y en a un.
2. Lire tous les titres et sous-titres.
3. Prendre connaissance de tous les graphiques, encadrés, photographies, etc., et les explications qui leur sont associées.

Questions :


Développer des questions de type « Quoi? » « Comment? » et « Pourquoi? » à partir du survol précédent et les noter.

Lecture active :


Lire en prenant des notes. Noter des commentaires, de nouvelles questions, des liens, des prédictions, etc.

Noter des exemples, des détails, des termes ou des définitions qui contribuent à la compréhension.

Créer une carte virtuelle (Voir : Pragmatic Thinking & Learning de Andy Hunt). Il s’agit de dessiner un diagramme pour illustrer les relations entre les concepts. L’intérêt est de pouvoir utiliser des éléments visuels comme des dessins, symboles et couleurs pour structurer l’information.

Répondre :


Chercher à répondre aux questions élaborées précédemment et noter les réponses.

Révision :

Revoir les questions et réponses dans les 24 heures suivantes et imaginer des questions qui pourraient être posées dans un examen.

Développer des trucs mnémotechniques pour les idées ou concepts les plus importants ou les détails fastidieux à retenir.



La souffrance autrement

Penser la douleur autrement pour cesser de souffrir.

par: Jocelyne Beaudet, PhD, psychologue et hypnothérapeute.

 « La souffrance est à l'esprit, ce que la douleur est au corps »

La douleur est basée sur l'expérience alors que la souffrance est basée sur la perception de cette expérience.

La souffrance se nourrit de l'histoire que l'on construit autour de la douleur et elle amplifie la douleur. Mais attention, c'est une création dont nous sommes les auteurs.

Dans notre histoire de souffrance, il y a trop souvent le refus d'accepter la douleur, alors qu'on se demande, "Pourquoi ça m'arrive?", "Quand cela va-t-il se terminer?" ou que l'on se dit, "Je ne peux plus tolérer ça".

Et tout ce discours ne fait que rendre la douleur plus intolérable.

Pourtant, puisque nous sommes les auteurs, nous avons le pouvoir de modifier l'histoire.

D'abord en commençant par reconnaitre tout simplement ce qui "est". Il n'est pas nécessaire de l'aimer, cette douleur, mais il est peut-être tout simplement possible de reconnaitre que c'est notre expérience dans le moment et qu'il n'y a peut-être rien de mieux à faire que de l'accepter pour le moment. 

Si on a peu ou pas de contrôle sur la douleur, nous avons par contre tout le contrôle sur la souffrance. Il est possible de cesser de souffrir en refusant de laisser la douleur prendre toute la place dans notre vie.

En mobilisant notre attention à autre chose de plus important et de plus intéressant, il est possible de recommencer à vivre sa vie plutôt que de continuer à souffrir.


EPAD© 2011
Créer un site avec WebSelf